Rupture anticipée des contrats d’apprentissage : pourquoi 17% ne vont pas jusqu’au bout ?

Pourquoi 17% des apprentis arrêtent-ils ?

Une formation vous intéresse ?

Faites-nous part de votre projet de formation en remplissant le formulaire ci-dessous. Un formateur vous contactera rapidement.
Contact Form Demo

Rupture anticipée des contrats d'apprentissage : pourquoi 17% ne vont pas jusqu'au bout ?

Près d’un cinquième des apprentis ne terminent pas leur parcours dans la même entreprise où ils l’ont débuté, révèle une enquête du Cereq. Cependant, cette séparation n’équivaut pas systématiquement à un échec. Souvent, ces jeunes poursuivent leur formation en signant un nouveau contrat ailleurs et ce changement peut survenir pour diverses raisons.

Lorsqu’un apprenti ou une entreprise décide de rompre le contrat d’apprentissage, cela ne marque pas nécessairement la fin du parcours professionnel du jeune. En effet, les ruptures surviennent parfois après avoir décroché le diplôme convoité ou suite à des engagements non respectés de l’employeur. Les centres de formations sont toujours prêts à épauler ces jeunes en quête d’une nouvelle opportunité.

Les conditions au sein de certaines entreprises peuvent amener les apprentis à initier eux-mêmes la rupture : charge de travail excessive ou mal adaptée sont souvent pointées du doigt. Il est fondamental que les sociétés se rappellent leur rôle formateur plutôt que de voir ces étudiants comme une simple main-d’œuvre économique.

D’autre part, il arrive que certains apprenants se rendent compte au fil du temps que le métier choisi ne correspond pas vraiment à leurs attentes ou aspirations. L’avantage avec l’apprentissage c’est que cette réalisation intervient tôt et permet ainsi une réorientation professionnelle informée et judicieuse.

Pour éviter certains abandons préjudiciables tant pour l’apprenti que pour son employeur, il est important d’aborder des problèmes pratiques comme la mobilité qui peut être entravée par des soucis logistiques liés aux transports et au logement. Les collectivités territoriales jouent un rôle clé dans l’amélioration de cet aspect afin de diminuer le taux de ruptures liées à ces contraintes externes.

La législation offre également ses balises : pendant la période probatoire des deux premiers mois, soit l’apprenti soit l’employeur peut mettre fin au contrat sans difficultés majeures. Suite à cette période initiale, plusieurs circonstances peuvent justifier une annulation contractuelle telles qu’une faute grave commise par une partie ou encore lorsqu’il devient manifeste que l’apprenti n’est pas apte pour le métier envisagé. La communication écrite demeure indispensable pour officialiser toute résiliation auprès des instances concernées.

Dans tous les cas, il reste primordial tant pour les centres de formation que pour les entreprises d’assurer un environnement propice au développement professionnel complet des apprentis; ils constituent après tout notre futur capital humain.

Partager cet article

Rechercher

Autres articles

Picture of Morgane

Morgane

Morgane est une rédactrice web spécialisée dans la formation. Elle est passionnée par les médias et la communication, et aime aider les gens à apprendre de nouvelles choses. Morgane a un talent particulier pour expliquer les choses de manière simple et concise, ce qui en fait une excellente pédagogue.

Après avoir obtenu son diplôme en communication, Morgane a commencé sa carrière comme journaliste pigiste. Elle a ensuite travaillé comme rédactrice web pour plusieurs entreprises, avant de se spécialiser dans la formation. Morgane a créé plusieurs cours en ligne, et a aidé de nombreuses personnes à améliorer leurs compétences en web design, en rédaction web, et en marketing.

Morgane est une experte dans son domaine, et elle adore partager ses connaissances avec les autres. Si vous cherchez à apprendre les ficelles du métier de rédacteur web, ou si vous voulez améliorer vos compétences en communication, Morgane est la personne qu'il vous faut !